La Société des Missionnaires d'Afrique (Pères Blancs) fut fondée en 1868 par l'archevêque d'Alger, Mgr Lavigerie.

Ce site  donne accès à quatre bases de données:
 
- l'Inventaire des Archives
Il s'agit de l'Inventaire des fonds se trouvant aux archives de la Maison généralice à Rome (en fin 2015).
Les Archives de la Société des Missionnaires d'Afrique à Rome (I-00165 Roma, via Aurelia 269) sont constituées principalement par la correspondance, les rapports, les documents divers, les publications émanant de leur fondateur, le Cardinal Lavigerie, du Gouvernement Général de la Société, de ses provinces et de ses membres. Les Archives vivantes (durée du Généralat en cours) sont gérées et conservées par le Secrétariat Général de la Société. 

- Les Conclusions des Chapitres
La Société des Missionnaires d'Afrique (Pères Blancs) fut fondée en 1868 par l'archevêque d'Alger, Mgr Lavigerie. Le premier chapitre général (ou réunion des membres de la Société ou de leurs délégués) eut lieu en 1874, du 11 au 25 octobre. Durant les premiers temps de la Société, un chapitre fut convoqué chaque année afin de pourvoir à l'organisation de la Société. Le cycle de tenue des chapitres devint sexennal à partir de 1894 puis décennal et enfin de nouveau sexennal depuis 1974.

- Les Conseils Généraux
Cette base de données rassemble les comptes rendus des réunions du Conseil général de la Société des Missionnaires d'Afrique (Pères Blancs) tenus entre 1874 et 1991. La Société des Missionnaires d'Afrique fut fondée en 1868 par l'archevêque d'Alger, Mgr Lavigerie. Dès les origines, elle fut gouvernée par un Conseil général composé du Supérieur général et de ses quatre assistants. Ce sont les comptes rendus des réunions de ce Conseil rédigés par le secrétaire, mois après mois, année après année, qui sont ici rassemblés en une base de données pour la première fois.

- Les Chroniques trimestrielles et Rapports Annuels
Très tôt, les Supérieurs de la Société firent paraître une publication à l'usage des missionnaires dispersés sur les continents afin qu'ils soient tenus informés des travaux de leurs confrères et du développement de leurs œuvres. Furent ainsi publiées les Chroniques trimestrielles (1879-1909) qui devinrent en fait quasi mensuelles dès 1903, étant donné l'abondance de la matière à faire paraître. De larges extraits des journaux (diaires) tenus par les missionnaires dans leurs missions ou lors de leurs voyages, mais aussi des notes historiques, archéologiques, linguistiques, ou ethnographiques font de ces Chroniques une source unique pour l'étude de l'Afrique à cette période. Leur publication fut arrêtée en juin 1909 au profit des Rapports annuels qui paraissaient depuis 1905.